Gabian : Goéland Leucophé en provençal.

Ce blog est animé par Marie Bellando-Mitjans : conceptrice, créatrice, communicante, designer graphique, membre de ONE, slaviste, balkanophile, nerd... persuadée que la communication et la connaissance des cultures du monde conduisent tout naturellement à la paix et au développement.

vendredi 16 octobre 2015

Didot

Ha le Didot... L’élégance, la finesse, le raffinement ! Une de mes fontes préférées, que je pourrais passer des heures à regarder, et grâce à une interpellation récente sur Twitter, j’ai le bonheur de vous en parler.

— — —

Nom : Didot

Date de naissance : 1784 — 1811

Lieu de naissance : Paris, France

Créateur : Firmin Didot

Fonderie : Un peu partout, inspirées du design original.



Le Didot appartient à la famille des Didones. Là, vous vous apercevez tout de suite, chers lecteurs, de l’importance révolutionnaire du caractère susnommé. 
Que bouleverse le dessin du Didot ? Tout. Jusque là, les typographies avaient des empattements triangulaires et des contrastes assez faibles entre verticales, horizontales et courbes. Comme le Garamond, par exemple. 
Firmin Didot semble défier le plomb en créant des empattements d’une finesse incomparable, s’arrêtant à angle droit sur les fûts (les barres verticales des lettres), dans un design doté d’un contraste extrême entre pleins et déliés. Mais ces innovations n’entament en rien la lisibilité, le Didot étant un des caractères les plus lisibles du corps 10 au corps... ce que vous voulez. Les lignes des empattements recréées optiquement une ligne de soutient qui guide l’œil. 
L’élégance propre au Didot lui est conférée par ses courbes, ses extrémités en gouttes, qui contrastent avec la rigueur des fûts. Observez une ligature fi en Didot. Observez bien : les deux verticales solidement posées aux sols, cette flexion délicate du f comme un col de cygne ou un brin d’herbe chargé du poids d’une goutte d’eau, la rigidité évanescente de la traverse du f... Oui oui, je me calme. Mais c’est beau quand même ! Regardez aussi les chiffres du Didot. Ces équilibres et déséquilibres qui les rendent tellement attachants.


Cette élégance, ajoutée à son origine française, a fait du Didot la typographie officielle de la mode. Dior ? Didot ! Elle ? Didot ! Vogue ? Didot ! Et j’en passe, mais vous avez compris l’idée. Même Armani, qui pourtant en tant que marque italienne aurait pu (et du, si vous voulez mon avis) opter pour sa cousine italienne la Bodoni. Je reviendrai un jour sur la Bodoni, mais retenez en gros que la Bodoni est un plus ludique, plus « swing » si le swing avait existé à l’époque. Si je peux me permettre, le Bodoni parle avec les mains quand le Didot se tient bien droit derrière sa chaire universitaire.
Pour aller plus loin dans la contemplation, je vous recommande le livret de spécimen Firmin-Didot conservé à la BNF, numérisé et visible ici. Mais aussi ces deux vidéos :
Didot de Peita Keilar sur l’omniprésence du Didot dans la mode
Didot de Sarah Dilts sur le design du Didot (en anglais)
Vous pouvez également jouer sur smartphone ou tablette à Type:Rider et découvrir le niveau passionnant consacré au Didot.



That's all folks!
_____

Aucun commentaire: