Gabian : Goéland Leucophé en provençal.

Ce blog est animé par Marie Bellando-Mitjans : conceptrice, créatrice, communicante, designer graphique, membre de ONE, slaviste, balkanophile, nerd... persuadée que la communication et la connaissance des cultures du monde conduisent tout naturellement à la paix et au développement.

vendredi 29 mai 2015

"L'Ultime auberge", Imre Kertesz

Quel étrange livre que L'Ultime auberge d'Imre Kertesz. Je ne peux pas dire que je l'ai aimé. Il m'a fasciné, mais pas à la manière dévorante des autres œuvres de l'auteur. J'ai mis du temps à le lire, de grandes pauses entre les paragraphes pour me dégager d'une atmosphère suffocante dans laquelle je ne me suis pas retrouvée piégée et emportée, ce qui arrive habituellement (même et peut être surtout avec le très oppressant et implacable Être sans destin).
L'écart entre les parties "journal" et "roman" est immense.
Je comprends son discours de "journal" comme celui d'un homme âgé, confronté à une peur qui ne dit pas son nom, celui d'un homme vieillissant qui s'y refuse, considérant l'emprise de l'âge comme une déchéance. Un homme certes rejeté par son pays natal mais qui rejette lui même et bien plus encore le monde.
Je comprends et j'éprouve de la compassion, pas de la sympathie ou de l'attachement comme j'en ai ressenti à la lecture du Kaddish ou de Liquidation.
Les passages "roman" sont riches de beaux aphorismes, lapidaires et complexes à la fois, métaphysiques et humanistes.



"Si l'athée est possible, alors Dieu aussi est possible"

"(...) pour la première fois, il est vraiment saisi par le plaisir fragile de l'aventure fantastique de la liberté."

"Toute maladie est une maladie de l'âme, ou le devient"

Si vous n'avez pas aimé le reste de son œuvre, je vous déconseille de lire cet opus. En le lisant il faut garder en mémoire le souvenir de ses œuvres, qu'il cite, il faut avoir suivi son parcours de vie à travers son parcours littéraire pour que Kertesz ne paraisse pas inaccessible ou antipathique. Mais ceci n'est que mon avis, si vous l'avez lu, qu'en avez vous pensé ?



That's all folks!
_____

Aucun commentaire: