Gabian : Goéland Leucophé en provençal.

Ce blog est animé par Marie Bellando-Mitjans : conceptrice, créatrice, communicante, designer graphique, membre de ONE, slaviste, balkanophile, nerd... persuadée que la communication et la connaissance des cultures du monde conduisent tout naturellement à la paix et au développement.

jeudi 29 mai 2014

Tzara 22-3


« vas-y si ça te chante
moi je retourne en arrière dans la poussière des routes
à ma frileuse musique
je trouve l'aumône du rêve aumône à ma fatigue
à chaque pas où la vie perd un peu de sa face

et au-delà des routes me guette l'inconnu »

Tristan Tzara
À haute flamme


That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

mardi 27 mai 2014

les liens du mardi

via behance
une nouvelle calligraphie de Constantion Giorgian.

via tumblr
Des croquis de Kristin Nohe.

this isn't happiness : Grief and Melancholy, Martin Copertari.

TypeloverMilica Dopuđa.

via Blule
Robin des bois.

That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

lundi 26 mai 2014

Îles Salomon

Îles Salomon
capitale : Honiara
langue officielle : anglais

...your local connection



That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

vendredi 23 mai 2014

Peaceful Hooligan



Dehors il fait nuit noire
le jour s’est levé il y a déjà bien longtemps
évidemment je n’ai pas de certitude
qu’elle est cette chose que vous nommez raison ?
Où voyez vous donc un horizon ?
Où voyez vous donc une limite ?
Je ne vois que la lumière.
Je ne vois que l’infini.
Je ne vois que le bruit 

ROSE.


Pourquoi me parlez vous de confusion ?
Tout est pourtant très clair.
Vous voyez les ténèbres, je vois l’éclair,
l’orage, la tempête, la vie, l’espoir,
rien n’est certain mais je n’ai aucun doute.
Se questionner n’est pas douter ;
c’est chercher l’universel,
c’est chercher... la profondeur.
Le tout, le rien.
C’est disserter sur le verre
plus ou moins plein.

Tout est très clair je ne vois
que la lumière et l’ombre.
Je ne vois que l’électricité,
la foudre qui comme la poésie
vas du bas vers le haut...

À moins que ce ne soit l’inverse...

Pourquoi demander vous de la clarté,

vous qui gardez les yeux clos ?

That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

mardi 20 mai 2014

les liens du mardi

via Aima 007
Libor Sošťák, artiste du verre (clin d'œil : il est tchèque, donc c'est forcément bien) allez sur le site voir la vidéo, ça bouge !

La série "a different life" de Giulio Ghirardi, sur le monastère de San Giovanni in Parma (Italie).

Le design de Megumi Ito.

Le spot "never forget to vote" du SSU (mouvement jeune des sociaux-démocrates suédois).

Redosking.

via behance
Tapas Trail de Steve Simpson.

Chalkboard Saturday de Scott Biersack. (allez voir la vidéo et la série !)

via fubiz
Institut Francais, Maia Flore détourne le patrimoine français !

via tumblr
Inondations en Bosnie et en Serbie.

Erik Söderberg (via The Fox Is Black).

Emily Dickison par Veronica Newell (type-lover).

"Latinized Fraktur Neue" par PeGGO (type-lover).

Watercolor heroes par Blule (this isn't happiness).

Design crush (this isn't happiness).

I can read.



That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

lundi 19 mai 2014

Îles Marshall

Îles Marshall
capitale : Dalap-Uliga-Darrit
langue officielle : marshallais, anglais




That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

vendredi 16 mai 2014

L


Latitude, longitude, ce n’est que le lent balbutiement des légendes labyrinthiques qui alternent la et Larsen. Entre les linéaires life is a lie or less you’ll have to learn. Depuis Lascaux, depuis le milieux de landes, depuis là. Lindbergh, Leibniz. Toujours laisser loin les luttes et les lamentations, pour lire la langue liturgique de la Liberté et apprendre le livre de ses lois, qui sont celles de la lumière. Verser une ultime larme, lyrique, sur les liens lascifs.



That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

jeudi 15 mai 2014

Le trésor de Naples - musée Maillol, 19 mars - 20 juillet 2014

"J'viens d'la où les mères, lisent et disent l'avenir dans l'tarot
Ou on adule le sang de San Genaro, 
Santa Lucia dis moi comment va l'Vésuve..."
Akhénaton - Paese

C'est avec ces mots dans la tête et des souvenirs napolitains dans les rétines que j'allais visiter cette exposition... Que je vous recommande chaleureusement (avec audio-guide ou application de préférence) !


Le trésor de Naples
musée Maillol, 19 mars - 20 juillet 2014

Présentation générale
Cette exposition regroupe des éléments du trésor de San Gennaro, Naples. San Gennaro est surtout célèbre pour le miracle de la liquéfaction de son sang qui se répète chaque année (ou presque). Selon la tradition, cet évènement est sensé donner la preuve tangible de la sainte protection de la ville. 
L’immense collection présentée dans le musée du trésor de San Gennaro — composée d’ostensoirs, de reliquaires et autres objets liturgiques en métaux précieux et joyaux — a été constituée au fil des siècles par le peuple napolitain et ses gouvernants. Dans un but de protection de la ville contre le Vésuve, les épidémies, les guerres, Naples s’est placée sous le patronage de San Gennaro et de cinquante co-patrons. Le trésor est habituellement exhibé, dans les rues de Naples, lors des grandes processions de mai, septembre et décembre, tradition instaurée depuis 1337. Jamais, avant cette exposition au musée Maillol, le trésor n’avait quitté le territoire italien.

Description et analyse
La première salle présente des films d’actualités cinématographiques de la première moitié du XXe siècle, ainsi que deux tableaux. Tous ces éléments sont consacrés aux éruptions du Vésuve. Cette salle est essentielle pour faire apprécier au spectateur la situation de vie conjointe au Vésuve et à ses dangers, l’insécurité qui en résulte. Sans elle, on ne comprendrait pas le besoin viscéral des napolitains de rendre un culte fastueux à San Gennaro.
La seconde salle aborde la figure de San Gennaro — le saint patron majeur de Naples — à travers la représentation de son martyre ou de peintures votives. Cette pièce, petite et étroite, est intelligemment peuplée par les tableaux exposés, semblant avoir été faits sur mesure. Elle permet, également, de s’approcher assez près de ces œuvres pour en apprécier les détails.
La troisième salle est consacrée aux désastres que la ville a connus aux alentours de 1527 et qui l’ont poussée à agrandir son panthéon de saints patrons et à réaliser de grandes fresques votives aux portes de la ville. Ces drames : la peste, la guerre, puis les tremblements de terre, ont fortement affecté les napolitains et les ont propulsés dans un élan redoublé de dévotion. Cette pièce est, en réalité, une transition vers la salle suivante qui présente une partie de ce panthéon.
La quatrième salle présente une vingtaine de bustes reliquaires en argent, sur la cinquantaine que compte la chapelle de San Gennaro. Ces œuvres, d’une grande finesse, sont présentées sur des étagères recouvertes de velours, situées à un peu plus d’un mètre du sol, alignées le long des murs d’une salle rectangulaire. Cette présentation évoque un sanctuaire et confirme la nature sacrée des sculptures.
La cinquième salle tente de ressembler à une chapelle de la chapelle de San Gennaro. En effet, elle met en scène, comme sur un autel, des objets liturgiques. Le procédé de projection du décor sur les murs est assez astucieux, il permet de bien différencier objets réels et décor factice, tout en donnant un aperçu assez convaincant. Dans cette salle se trouve également un écran présentant un petit film montrant l’intérieur de la chapelle, à Naples. On y voit aussi la copie de l’acte notarié de 1527 instituant un réel contrat entre San Gennaro et la ville de Naples selon les closes suivantes : protection de la ville contre la construction d’une chapelle et l’agrandissement du trésor.
La sixième salle, à l’étage, est entièrement dédiée aux objets liturgiques. Ils y sont présentés par types : les parures du buste de San Gennaro, les calices, les clefs, les ostensoirs,  etc…pour la plupart offerts par des familles régnantes de Naples ou d’ailleurs. Cette partie de l’exposition, dans une scénographie plus sombre, met en lumière les métaux précieux et les joyaux, qui n’en ressortent que mieux. D’astucieux systèmes de miroirs permettent de découvrir toutes les faces de certains objets, dévoilant ainsi des signatures et gravures cachées. L’exposition se termine sur le collier du buste de San Gennaro, une mosaïque de bijoux offerts par diverses cours d’Europe et regroupés astucieusement en un seul plastron. L’assemblage est « décortiqué » sur le mur adjacent, permettant au visiteur de se plonger dans l’histoire de chaque pièce : laquelle fut une croix de Marie-Amélie de Saxe…

Critique
Le parcours de l’exposition est très agréable. La lumière est bien pensée et ne gène jamais la visibilité des œuvres, chose d’autant plus compliquée à réaliser qu’il s’agit en majorité de pièces métalliques, donc réfléchissant très bien la lumière et risquant d’éblouir — au sens propre — le visiteur. La scénographie est sobre et de bon gout,  elle évite ainsi l’écueil de présenter comme de « simples » œuvres d’art des objets ayant une forte charge émotionnelle et spirituelle.
L’audio guide est a saluer particulièrement. Très pédagogique, il explique clairement, sur un ton ni trop enfantin ni trop érudit, l’histoire des pièces exposées, des saints représentés, attire l’attention sur le détail à ne pas manquer, explique la technique de réalisation. Il permet, ainsi, au visiteur novice en terme technique, religieux ou historique d’appréhender complètement les diverses dimensions des expôts. En revanche, les panneaux didactiques et cartels sont truffés de fautes d’orthographe et de grammaire, ce qui rend leur lecture pénible. Leur contenu est assez succinct, rendant l’audio guide nécessaire. 
L’écran de la salle cinq présentant la chapelle de San Gennaro offre une image saccadée et de mauvaise qualité — celle d’un DVD pourtant en vente à la boutique — alors qu’il pourrait être relié à une live-cam. Ce dispositif très simple et peu onéreux aurait permis, par simple installation d’une (ou plusieurs) caméra(s) émettant sur internet, de suivre en direct la vie de la paroisse, ce qui m’aurait semblé plus enrichissant.



That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

mardi 13 mai 2014

les liens du mardi

via Aima007
Georgina Vinsun, artiste peintre.

Ralf Brueck, photographe.

via behance
BLACKBOX de Stefan Bleihauer.

via dizajn svaki dan
NY train project.

via fubiz
des Selfies d'animaux ! par National Geographic.



That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

lundi 12 mai 2014

îles Cook

Îles Cook
capitale : Avarua
langues officielles : anglais, maori des îles Cook

Mahiriki Tangaroa
peintre

Loretta Reynolds
peintre, ancrée dans la culture maori.




That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

samedi 10 mai 2014

Les archives du rêve


On dit que nous ne sommes jamais déçus que par les gens que nous aimons. Cela est vrai, et c’est pourquoi je suis infiniment déçue par l’exposition « Les archives du rêve, dessins du musée d'Orsay : carte blanche à Werner Spies ».

Werner Spies — l’historien d’art auquel on doit, entre autre, l’incomparable monographie de Max Ernst — est le commissaire de cette exposition.

Le catalogue est extraordinaire dans les parallèles qu'il dresse entre artistes contemporains et œuvres plus anciennes, dans sa narration, dans son choix de couleur et de papier. L'affiche laisse pressentir de nombreux artistes qui m'attire : je me voyais déjà découvrir des dessins d’Odilon Redon que j’aurais oubliés, des Rippl-Ronai, des esquisses de Kupka, de Mucha, … (note à certaines lectrices, oui, ce sont deux tchèques, et un hongrois, oui je me centre-européanise à vue d'œil...)

Je partais donc « le cœur content le pieds léger » ce matin à l’Orangerie, m’attendant à découvrir de nombreux dessins mystérieux et onirique.

Et je suis tombée de haut.

L'exposition est très courte, et surtout étrangement divisée entre sections thématiques et sections consacrées à un artiste.
La scénographie et le graphisme partent d'une belle idée mais sont bavards et rendent les textes pénibles à lire avec leurs brisures en diagonales, tandis que les textes des cartels sont réduits à leurs plus simple expression.
Les murs rouges m’ont agressée visuellement, j’aurai préféré une atmosphère douce, qui m’aurait donnée envie de m’approcher de chaque œuvre, qui m'aurait donnée l'impression de pénétrer dans un carnet — l’univers choisi pour le catalogue.

L'exposition serait certainement moins décevante si le catalogue n'était pas si exemplaire et complet.

En revanche, dans les deux cas, je ne comprends pas le titre de l'exposition : les archives du rêve.
Comme je vous le disais, j’espérais des dessins mystérieux, des fusains mystiques, des pastels invraisemblables, des dessins à la plume de Hugo, … seule trois espaces répondaient à cet image, les autres étant consacrée à des thématiques telles que le nu, l’architecture ou le portrait ; aucune de ces catégories ne riment avec rêve dans mon esprit.
Bien sur, les artistes que je m’attendais à voir été représentés, je n’ai pas été entièrement déçue, mais en tout cas pas surprise. Et je vais devoir m’en remettre…

That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

jeudi 8 mai 2014

Balkan Wallpaper #2

Bonjour à tous !

Je continue aujourd'hui ma série "Balkan Wallpaper", commencée ici.
Si vous souhaitez participer en m'envoyant des citations, votre contribution sera la bienvenue !

Aujourd'hui, le Gill Sans et une citation, bien britannique, de Winston Churchill :
"The Balkans produce more history than they can consume"
soit : Les Balkans produisent plus d'histoire qu'ils ne peuvent en consommer.



disponible pour :

si vous souhaitez un autre format, laissez un commentaire !

That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

mardi 6 mai 2014

les liens du mardi

via vimeo
My cat & her friends de Christophe Hamon.



Gan-Gan de Gemma Green-Hope.

That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

lundi 5 mai 2014

Hongrie

Hongrie
capitale : Budapest
langue officielle : hongrois

calligraphe - designer graphique


designer graphique

designer graphique

Akos Major
photographe

Boglárka Nádi
designer graphique - calligraphe

Áron Jancsó
designer graphique - typographe

Keresztes Felícia
designer graphique - illustratrice

Bianka Schumann
photographe

David Lados
photographe

csabi kalotas | k6
photographe - designer sonore

Balint Alovits
photographe

Renato Molnar
étudiant - calligraphe

les sites de l'UNESCO
Budapest, avec les rives du Danube, le quartier du château de Buda et l’avenue Andrássy
Moyan Brenn
Hollókő, le vieux village et son environnement
revdode
Grottes du karst d'Aggtelek et du karst de Slovaquie
Abbaye bénédictine millénaire de Pannonhalma et son environnement naturel
minkkiturkki
Parc national de Hortobágy - la Puszta
Nécropole paléochrétienne de Pécs (Sopianae)
Paysage culturel de Fertö / Neusiedlersee
Paysage culturel historique de la région viticole de Tokaj

That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

vendredi 2 mai 2014

Musa Ćazim Ćatić

Bonjour à tous !

En ce moment, dans ma trépidante vie d'étudiante en médiation interculturelle de l'Europe centrale, orientale et balkanique, j'assure la promotion d'un poète bosniaque méconnu inconnu en France : Musa Ćazim Ćatić.
Il appartient à ce que l'on appelle la renaissance bosniaque, la génération d'auteur à l'origine de la définition identitaire des musulmans de Bosnie (appelés « bosniaques », par opposition à "bosniens" qui désigne l'ensemble des citoyens de Bosnie-Herzégovine). Cet écrivain est empreint de mystique soufi et chante Dieu, les femmes, la Bosnie, ses questionnements philosophiques, sous forme de sonnets ou de poèmes plus longs.
Depuis deux semaines j'ai rédigé l'article wikipédia qui lui est consacré — allez le voir il est réellement fantastique ;-) — et un dossier pour démarcher les éditions de la Différence, dans l'espoir d'une édition bilingue d'une anthologie. 
J'ai également contacté diverses structures susceptibles d'être intéressées par M. Ć. Ćatić. Parmi elles, les Cahiers de l'Islam, qui m'ont demandé de rédiger un article de présentation à publier sur leur site (Hourra !) vous pouvez le lire ici, et n'hésitez pas à découvrir les articles liés : L'islam en Bosnie, l'écrivain musulman en littérature yougoslave
Et tout cela, grâce à l'aimable participation de Philippe Gelez, — maître de conférences en langue, littérature et civilisation BCMS (Bosniaque, Croate, Monténégrin, Serbe) à la Sorbonne-Paris IV — qui a traduit cinq de ses sonnets. En voici un :


PRÈS DE LA NERETVA

Du karst sombre comme la douleur du poète
Et pensif comme mon front —
Voilà que je regarde dans la vallée profonde.
Je regarde la fureur de ton flot impétueux.

Et j’écoute ton murmure monotone et long
Qui semble le chant de siècles lointains —
Ah, j’écoute ton murmure et en lui la dérision
De toute la vacuité des rêves humains fous.

Dis-moi, Neretva : Où est Rome aujourd’hui ?
Où sont le charme et la gloire de la couronne de l’herceg*,
Qui sur toi brillaient comme l’astre sélénite ?

Tout, tout a disparu comme un rêve, comme une fumée,
Il ne m’est resté que ce souvenir :

Mon flot l’a chantée au long des siècles.




*herceg : littéralement, duc. Au Moyen-Âge, l'Herzégovine (nom venant de herceg), était un duché croate.



That's all folks!
_____
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr 
je réalise une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr