Gabian : Goéland Leucophé en provençal.

Ce blog est animé par Marie Bellando-Mitjans : conceptrice, créatrice, communicante, designer graphique, membre de ONE, slaviste, balkanophile, nerd... persuadée que la communication et la connaissance des cultures du monde conduisent tout naturellement à la paix et au développement.

vendredi 13 décembre 2013

Présentation du Musée Départemental de l’Arles Antique #5

maquettes d’Arles à l’époque romaine

chapiteaux du forum

carte du réseau maritime antique

PRÉSENTATION
Les collections sont divisées comme suit, à la fois chronologiquement et thématiquement :
• la Préhistoire
• la Protohistoire
• la cité romaine
• le forum
• le théâtre
• le cirque
• l’amphithéâtre
• l’économie
• la vie quotidienne
• les dieux et héros
• les mosaïques
• les rites funéraires
• l’Antiquité tardive
Aujourd’hui une nouvelle section vient d’ouvrir : Le port et le commerce.
Le découpage ainsi effectué permet aux collections de s’ancrer dans une dynamique territoriale. Comme vous pouvez le constater les sections forum, théâtre, cirque et amphithéâtre font directement échos à des lieux physiques de la ville, encore visibles. Les maquettes présentées au musée permettent aux visiteurs d’imaginer la configuration originelle des sites aujourd’hui en ruines.
Le reste des sections est, lui aussi, clairement territorialisé, même si ce lien n’est pas explicite dans leur dénomination. Les deux premières étapes de la visite décrivent la situation géographique particulière d’Arles et sa région. Celle d’un marais en bordure d’un fleuve, qui en fit un centre névralgique du commerce antique.
« La cité romaine » fait référence à l’enceinte de la ville, aux arcs de triomphe, à l’urbanisation générale.
« L’économie », renvoie aux zones d’industrie et d’élevage en Crau et en Camargue, aux voies de communications, aux infrastructures liées à l’eau ; replaçant Arles dans son rôle de carrefour antique, entre via Aurelia, via Domitia, via Agrippa, le Rhône et de riches plats pays. Le musée prend ici toute sa dimension historique, car nombre de visiteurs découvrent la permanence des traditions d’élevage en Crau, mais aussi l’emplacement de vestiges toujours visibles en campagne.
Les mosaïques proviennent des quartiers opulents de la ville antique.
Les rites funéraires font évidemment échos à la nécropole des Alyscamps, qui comme nous l’avons vu, fut le berceau du musée.
La nouvelle section consacrée au commerce fluvial est bien évidemment liée aux berges du Rhône.
Seules la vie quotidienne, les dieux et héros et l’antiquité tardive regroupent des éléments culturels retrouvés indifféremment sur tout le territoire.

Parmi une riche collection de marbres, de bronzes et d’amphores, les pièces phares du musée sont la statue monumentale d’Auguste, la Victoire du Rhône, les mosaïques du quartier de Trinquetaille, le sarcophage de Phèdre et d’Hippolyte, le buste de César et aujourd’hui la barge romaine.



___
je publie aussi pour la mémoire de Radio Londres, de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale : http://resistance-retinienne.blogspot.fr
je prépare une exposition de calligraphie d'Europe centrale et orientale : http://cimer-calligraphie.blogspot.fr

Aucun commentaire: