Gabian : Goéland Leucophé en provençal.

Ce blog est animé par Marie Bellando-Mitjans : conceptrice, créatrice, communicante, designer graphique, membre de ONE, slaviste, balkanophile, nerd... persuadée que la communication et la connaissance des cultures du monde conduisent tout naturellement à la paix et au développement.

samedi 1 octobre 2011

L'Art français de la guerre #3



COMMENTAIRES III
Une prescription d'antalgiques à la pharmacie de nuit

" Mon grand-père parlait sous un couteau. Il s'asseyait sur son fauteuil de velours bleu, situé dans l'angle du salon. D'un côté de l'angle pendait au mur un couteau dans sa gaine. Il oscillait parfois aux courants d'air sans jamais faire de bruit. On l'avait décroché devant moi, et on en avait sorti la lame du fourreau de cuir usé. Sur la lame des incrustations rouges pouvaient être de la rouille ou du sang. On laissait le doute, on riait de moi. On évoqua un jour du sang de gazelle, et on rit d'avantage. Sur l'autre mur pendait un grand dessin encadré, qui montrait une ville que je n'ai jamais pu situer. Les maisons étaient courbes, les passants voilés, les rues encombrées d'auvents de toile : on confondait les formes. Ce dessin je m'en souviens comme d'une odeur, et je n'ai jamais su à quel continent on pouvait l'attribuer."

extrait de L'Art français de la guerre, Alexis Jenni, Gallimard 2011.

Aucun commentaire: