Gabian : Goéland Leucophé en provençal.

Ce blog est animé par Marie Bellando-Mitjans : conceptrice, créatrice, communicante, designer graphique, membre de ONE, slaviste, balkanophile, nerd... persuadée que la communication et la connaissance des cultures du monde conduisent tout naturellement à la paix et au développement.

mardi 29 mars 2011

Promenade d'anniversaire (extrait)

À l’aide de mots, je fais de rien un palier
provisoire, quand l’escalier s’arrête
et donne sur le vide —
d’où l’on puisse voir
l’esplanade du temps avec des songes garés
pour toujours : au fond, un monolithe de porphyre
qui ne répond à aucune question. Ouverts,
les yeux regardent un bleu intense de mer
en mouvement qui devient peu à peu sable.
Ô terrible désert. Et les poètes
ne changent jamais le sable en eau, bien que
certains se le soient proposés. Cela change
toutefois, si les mots, libérés
de leur sens premier, le promouvant, évoquent
peu à peu, se défaisant en spirales,
comme la fumée d’une pipe ou la bouffée d’un plat
de soupe chaude
Oui, les aiguilles indiquent les heures,
de ce temps-là, quand cette salle transportée
était l’espace d’un après-midi de rideaux
lourds changeant les cachettes
des cris en chuchotements amoureux, et passent
des biscuits moelleux de tasse en tasse.
Fragile
de porcelaine ancienne, la poupée
m’effraye avec ces yeux vitrifiés
que l’on regarde cette fois avec les orbites vides
de celle dont elle fut le jouet préféré. Quelles
larmes de clinquant d’amours malheureuses,
sur le mouchoir brodé ?
Tout est à sa place, la poussière
inexistante s’est fait silence opaque
de chocolat au lait épais.
Où, les absents
qui vécurent ici ?
Vivre ? Le désert,
aucun chameau ne le traverse plus ; l’oasis,
soit que la soif t’étrangle ou que tu aies
une irrésistible faim de dattes d’outre-mort,
est au-delà des mots un silence transparent.
Passe donc à travers et tout deviendra clair.

Joan Vinyoli

lundi 28 mars 2011

A

Leurs occupations à capella :
des commencements sombres
et des cubes cristallins,
des débandades et des décimations.
Depuis l'accord SALT
jusqu'à l'Iran.
Aberrations et martyres.
De la mer noire à l'Ulster,
tout ces peacemakers, plein de charité et de foi,
qu'ils vivent longtemps,
même après leur mort.
Et Soljenitsyne dans tout ça ?
Florence, ou l'overdose de beauté.
Sierra Leone, ou le manque de tout.
Le Ficus,
l'Iris d'or et de vin,
de celui qui a donné son sang en vin.
L'ammonite, autoportrait des strates et des classes
superposées
sur une chaise :
contenant absolu et authentique.
Et le passé égyptien,
ne leur mentez pas,
ils savent ce qu'est une civilisation.
Mais rien ne peut nous faire revenir en 1789,
et peut être ne nous en reste-t-il rien...

jeudi 3 mars 2011

Racines

"Les idées sont les racines de la création."
Ernest Dimnet





parce qu'un graphiste c'est aussi
— et peut-être même avant tout —
un type qui cherche des trucs bizarres pour les photographier.